Skip to main content

Revue à mi-parcours du plan stratégique de Banfora en 2021

Published on: 17/08/2021

Une réunion a été organisée pour évaluer les progrès du plan stratégique communal des services publics d'eau potable et d'assainissement de Banfora.

Le 13 juillet 2021, les acteurs du secteur Eau et assainissement de Banfora se sont réunis pour apprécier l’état d’exécution du plan de travail budgétisé (PTAB) 2021 du Plan Stratégique Communal d’Approvisionnement en Eau Potable et d’Assainissement (PSC AEPA) de ladite commune et de proposer de nouvelles orientations pour le reste de l’année. C’était à Banfora, sous la coprésidence du gouverneur de la région des Cascades, Kouara Apiou/Kaboré, et du deuxième adjoint au maire, Siaka Soulama, représentant le maire.

De g. à dr., Siaka Soulama, deuxième adjoint au Maire de Banfora, Kouara Apiou/Kaboré, Gouverneur de la Région des Cascades, Benjamine Paré de l’IRC (PH. N-R. ZOHOUN)

De g. à dr., Siaka Soulama, deuxième adjoint au Maire de Banfora, Kouara Apiou/Kaboré, Gouverneur de la Région des Cascades, Benjamine Paré de l'IRC (PH. N-R. Zonhoun)

Cette journée de travail était l’occasion de discuter de manière critique des progrès relevés à ce stade et de proposer des solutions concrètes pour une approche intégrée et cohérente de la mise en œuvre et le suivi des projets et programmes AEPA à Banfora pour le compte du premier semestre de l’année 2021. 

Après avoir traduit sa reconnaissance et encouragement aux partenaires qui ne ménagent aucun effort pour appuyer la commune de Banfora dans la mise en œuvre de ce qui est désormais leur boussole, le PSC AEPA, le gouverneur de la région des Cascades, Kouara Apiou/Kaboré, souligne l’importance de cet exercice qui, selon elle, est indispensable dans la mise en œuvre efficace d’un projet.

Les participants à la rencontre (PH. N-R. ZOHOUN)

Les participants à la rencontre (PH. N-R. Zohoun)

Après six mois d’exercice, le PTAB 2021 affiche des taux d’exécution physique et financière respectifs de 15% et de 5%. Ce bilan a pu être obtenu grâce aux efforts combinés de Catholic Relief Services avec ses projets SaniyaSo et Ji Saniyani, Espace Culturel Gambidi avec son projet SaniyaSo+, l’ONEA, WaterAid, OXFAM et IRC.

Les résultats se traduisent sur le terrain à travers la réalisation de 31 pompes à motricité humaine (PMH) dans les villages, 134 branchements particuliers au profit des ménages urbains et de 3 poste d’eau autonome (PEA), le démarrage des travaux de réalisation d’un adduction d’eau potable simplifiée (AEPS) et de réhabilitation/extension de l’AEPS de Siniéna y compris la création de bornes fontaines. Les études sont en cours pour la réalisation de deux nouveaux PEA, les campagnes de sensibilisation sur la conservation de la qualité de l’eau à domicile pendant les rencontres préparatoires avec les Association d’Usagers de l’Eau (AUE) , les rencontres d'implantation social pour la réalisation de nouveaux forages, la conduite d’activités de sensibilisation pour mettre fin à la défécation à l'air libre dans deux villages (BODADIOUGOU et TIEMPAGORA). La réalisation de 187 latrines VIP, 194 puisards douches, 05 puisards bac, la réhabilitation de 37 latrines, la sensibilisation des gérants des unités économiques sur les normes d'équipements en AEPA pendant les visites d'inspection pour les certificats de salubrité, la tenue des réunions semestrielles entre les AUE, les maintenanciers et la Mairie pour planifier les visites préventives, l’appui de groupements de femmes dans la production des produits d’hygiène destinés aux structures de santé, aux lieux publiques et tout autre besoins. 

On retient de cette performance qui, visiblement, reste en deçà des attentes, que l’accent a été mis comme d’habitude sur l’eau potable avec un focus sur la réalisation de PMH et de forages. Cependant, il convient de saluer les efforts de certains partenaires qui accordent une importance particulière à la réalisation de grands ouvrages (AEPS, PEA) et de branchements privés, dans la vision d’adopter le langage des services, longtemps prôné par IRC au détriment de celui des ouvrages uniquement.

Pour le deuxième adjoint au Maire, Siaka Soulama, il s’avère important d’accélérer la mise en place d’une station de traitement des boues de vidange dans la commune de Banfora afin de prétendre augmenter considérablement les niveaux de service en matière d’assainissement et atteindre les ambitions de la commune à l’horizon 2030, soit un service géré en toute sécurité de 70% pour l’eau potable et 100% pour l’assainissement.

Pour l’heure, un plaidoyer bien à propos a été mené par IRC auprès de la commune pour intégrer une ligne eau potable et assainissement dans le budget communal. Il en ressort que, en attendant de trouver la manière appropriée d’inscrire une ligne budgétaire proprement dite pour l’AEPA à cause de l’agencement un peu plus complexe du budget communal, le maire de la commune, Aboubakar Hema a pris l’engagement de dégager des fonds annuels pour la réalisation des actions en lien avec l’eau et l’assainissement dont la tenue régulière des revues à mi-parcours et annuelle au cours des prochaines années. Cette décision qui a été louée par tous les acteurs qui s’impatientent de sa concrétisation, reflète une fois encore l’engagement de l’autorité communale pour le secteur AEPA.

Les participants ont été invités à faire la mise à jour des activités du PTAB 2021 en fonction de leurs nouvelles programmations (PH NR Zohoun)

Les participants ont été invités à faire la mise à jour des activités du PTAB 2021 en fonction de leurs nouvelles programmations (PH NR Zohoun)

Les acteurs présents à cette rencontre, leaders religieux et coutumiers, services déconcentrés de l’état, organisations de la société civile, administration territoriale ; organes de presse locaux, forces vives de la commune, partenaires techniques et financiers dont l’Organisation Catholique pour le Développement et la Solidarité (OCADES), IRC, Catholic Relief Services, OXFAM, WaterAid, la Direction Régionale de l’Eau et Assainissement des Cascades (DREA), l’Office National de l’Eau et de l’Assainissement (ONEA) et l’Espace Culturel Gambidi sont conscients que les efforts doivent être multipliés pour relever les taux d’exécution du PSC AEPA. 

Ainsi, pour le second semestre 2021, il est prévu la réhabilitation d’un point d'eau dans un centre de santé, l’acquisition d’un kit mobile d'analyse de l'eau pour le suivi de la qualité de l’eau en milieu rural, la réalisation de 4 latrines scolaires et 4 publiques, la réalisation de 2 blocs de latrines dans 2 écoles, 5 blocs de douches dans 5 centres de santé, 11 incinérateurs et 11 fosses a cendre, 10 aires de cuisine ; la réalisation de 9 bornes fontaines en zone ONEA, la formation des maintenanciers et des AUE sur un plan d’affaire (compte d'exploitation) des PMH, la signature des conventions de gestion des ouvrages d’assainissement avec les centres de santé, établissements scolaires et lieux de culte, la sensibiliser de la population à travers les canaux appropriés de communication sur les normes à respecter en matière d'AEPA et les sanctions encourues en cas de non-respect et étendre les réseaux de distribution de 7 km dans la zone ONEA. 

A l’issus de l’atelier, M. Soulama s’est réjoui des nombreux acquis engrangés, malgré le contexte difficile et invite tous les acteurs du secteur à redoubler d’efforts dans la réalisation des activités pour de meilleurs résultats au second semestre. « Si des efforts ont été consentis, il reste encore à faire et il convient que chacun puisse mettre en application tout ce qui a été retenu ici afin d’améliorer les actions. » a-t-il ajouté.