Skip to main content

Résultats encourageants du monitoring

Published on: 13/02/2014

Grâce au suivi-évaluation et à l'accompagnement de tous acteurs, la gestion des services publics d'eau potable des communes de Gorgadji et d'Arbinda connaissent une amélioration sensible.

A Arbinda et à Gorgadji, deux communes du sahel burkinabè, la gestion des services évoluent doucement dans le bon sens. Transféré aux communes à travers la politique de décentralisation adoptée par le pays, la gestion des ouvrages hydrauliques et l’organisation de l’approvisionnement en eau potable étaient jalonnées de plusieurs dysfonctionnements. Les dispositifs organisant la gestion des ouvrages et des services en milieu rural n’étaient pas respectés. A l’arrêt depuis leur mise en place à travers un projet gouvernemental, les associations des usagers de l’eau (AUE), responsables de la gestion des services dans les villages, assument désormais une bonne partie de leurs rôles. Il s’agit notamment de la gestion du parc de forages communautaires, de l’organisation de la vente de l’eau et de la gestion des fonds, du paiement des redevances à la commune, de l’organisation de réunions.

Les communes, maîtres d’ouvrage dans le domaine de l’approvisionnement en eau potable, s’impliquent elles-aussi, davantage dans l’organisation et la gestion des services. Elles ont adoptées, lors d’un processus participatif avec tous les acteurs, des plans d’actions annuels visant à améliorer les services publics d’eau potable. Les communes organisent aussi la concertation au niveau communal et  le suivi préventif des pompes à motricités humaines.

Ce changement est dû au dispositif de suivi-évaluation et d’accompagnement des communes mis en œuvre dans les deux communes par IRC et la direction régionale de l’eau. L’objectif du suivi-évaluation est de mesurer périodiquement les performances du service public d’eau potable à Arbinda et à Gorgadji afin d’améliorer les décisions et actions des différentes parties prenantes : autorités, opérateurs de services, usagers, structures d’appui ou assistance, partenaires financiers. Le monitoring n’est pas une opération ponctuelle mais un processus cyclique, continu et intégré dans les processus de prise de décision. Le cadre de monitoring utilisé a été élaboré par la Direction Générale des Ressources en Eau avec l’appui technique d’IRC, du programme eau et assainissement de la coopération allemande, de l’ONG Eau Vive et du bureau d’études ANTEA.

Approche innovante

Le cadre de suivi-évaluation a été mis en œuvre pendant 3 mois,  pour un premier cycle de monitoring, entre octobre et décembre 2013, par les communes, la direction régionale et IRC. Le monitoring concerne le suivi de 5 grandes catégories d’indicateurs : indicateurs de performance technique, indicateurs de performance financière, indicateurs de gouvernance, indicateurs d’activités et indicateurs de résultats.

L’accompagnement des communes et des  AUE a nécessité la mise en place d’un plan d’appui rapproché. L’IRC et la Direction Régionale du Sahel ont dans un premier temps formés les techniciens communaux et les commissions communales de l’eau et de l’assainissement (CCEA)  à l’utilisation des outils de collecte d’informations. Outre le suivi, les équipes de collecte, formées par des membres des CCEA, devaient aider les AUE à trouver des solutions aux problèmes qu’elles rencontrent.  Les équipes devaient aussi redynamiser les AUE dans leur fonctionnement. Il s’agit principalement de l’organisation des réunions des bureaux exécutifs, de la récupération de la gestion des forages communautaires sous l’emprise d’individus, du recouvrement des cotisation des usagers, de l’organisation d’assemblées générales et de la remise en services des équipements en pannes.

Grâce au monitoring et à l’accompagnement des structures d’approvisionnement de services, on constate la reprise des réunions de bureaux exécutifs d’AUE, un meilleur fonctionnement des AUE, une augmentation des recettes des AUE, le paiement de redevances à la mairie…

L’appui apporté par l’IRC s’inscrit dans le cadre de Triple-S, une composante du programme WA-WASH de l’USAID. Triple-S est un projet de recherche-action, axé sur le fonctionnement des services offerts aux usagers plutôt que la construction de nouveaux ouvrages.