Skip to main content

Tags

Une Indienne abandonne son foyer pour réclamer des toilettes

Published on: 18/11/2013

Anita Narre, indienne est devenue malgré elle, une héroïne de la lutte pour l’accès à  aux latrines pour tous. Son fait d’arme : exiger la construction d’une latrines dans le domicile conjugal sous peine de le quitter pour toujours.

C’est en 2012 que se passe cette histoire digne des meilleures fictions. Nous sommes dans un village de l’Etat de Madhya Pradesh, au centre de l’Inde.  Anita, une nouvelle mariée, a abandonné le foyer conjugal quelques jours après son mariage car la maison était dépourvue de toilettes. Elle n’est revenue qu’une fois les toilettes construites, avec l’aide des autorités du district. Narre a incité d’autres femmes de son village à convaincre leurs compagnons de construire des toilettes. Le village est aujourd’hui transformé, grâce à son acte courageux, a témoigné par téléphone B. Chadrasekhar, le chef du district local.

Séduite par cette histoire hors du commun, une organisation non-gouvernementale a offert un prix 10 000 dollars à la jeune femme. Anita Narre a reçu ce don de Sulabh International pour avoir refusé de déféquer en plein air et avoir déclenché une révolution des toilettes dans son village. L’histoire de Narre change les mentalités et notre action pour améliorer les installations sanitaires est de nouveau sur les rails, a commenté B. Chadrasekhar.

Il y a beaucoup de gens dans les villages voisins qui nous ont demandé d’acheter des latrines. Nous voulons faire un exemple de l’histoire de Narre et faire appel à elle pour inciter d’autres personnes à utiliser des toilettes, a-t-il ajouté.

Selon une étude de la Banque mondiale, l’insuffisance des infrastructures sanitaires et les maladies qui en découlent, en particulier en milieu rural, coûtent quelque 54 milliards de dollars chaque année à l’économie indienne. Selon les Nations unies, 600 millions d’Indiens, soit 55% de l’immense population, n’ont pas de toilettes et l’on compte davantage d’habitants ayant un accès à un téléphone portable qu’à des WC.

Source : Kibarou.net