Skip to main content

L’IRC publie un rapport sur l’organisation et la gestion des services d’eau potable en milieu rural au Burkina

Published on: 10/09/2013

L'accès continu à une eau potable en milieu rural reste un défi majeur dans une grande partie de l'Afrique. Le Burkina Faso rural n'échappe pas à cette tendance, et les indicateurs d'accès à l'eau potable restent faibles (58,5 % en milieu rural, DGRE, 2010), malgré les efforts consentis par le secteur. Une réforme des services d'eau en milieu rural est pilotée depuis 2008 dans la région du sahel. Elle pose les bases des responsabilités des communes, maîtres d'ouvrage du service d'eau potable.
 

La réforme met également en place le cadre opérationnel de l’exploitation des ouvrages à l’échelle villageoise via les associations d’usagers de l’eau (AUE) et les fermiers (exploitants privés).Dans ce contexte, l’initiative Triple-S s’intéresse aux institutions en place, et plus spécialement au cadre réglementaire qui les régissent. Les communes doivent assurer des fonctions de coordination, de tarification et d’appui, notamment aux AUE.

La commune doit formaliser ses relations avec les AUE, l’exploitant/fermier et le maintenancier, et assurer le suivi des contrats. Elle doit également mettre en place des tarifs sur son territoire (redevances, tarification au point d’eau) et cibler l’appui dont elle a besoin tout en répondant aux besoins des AUE. Le cadre réglementaire précise également les obligations des AUE. Elles assurent trois types de fonctions ; la coordination des gestionnaires et du travail du maintenancier ; la trésorerie, soit le recouvrement des tarifs et la rémunération des prestataires.

Une troisième fonction qui n’est pas identifiée comme tel dans la réglementation mais qui est transversale porte sur la représentation des usagers par l’AUE. Ce rapport présente donc les éléments contextuels, les aspects méthodologiques, et la grille d’analyse utilisée pour évaluer le degré de conformité des institutions avec la réglementation et la capacité à exercer les fonctions opérationnelles. Il analyse la conformité de la mise en place et du fonctionnement des structures de gestion par rapport aux dispositions réglementaires. Il couvre huit communes du Sahel comme maître d’ouvrage, et 210 AUE comme exploitants de pompes à motricité humaine(PMH) afin i) d’identifier les actions d’accompagnement adaptées et ii) de proposer d’éventuels ajustements des échelles de gestion pour les fonctions défaillantes.

IRC soutient l’amélioration du monitoring des services d’eau potable dans le cadre du projet Triple-S, une composante du programme pour l’eau potable et assainissement de l’USAID, WA-WASH.