Skip to main content

Tags

EcoSan vulgarise les techniques de fertilisation des sols avec les producteurs

Published on: 11/09/2012

La technique de l'assainissement écologique, c'est avant tout l'utilisation des fertilisants EcoSan pour la production, tout en assainissant son cadre de vie. Afin de renforcer les capacités des producteurs bénéficiaires des latrines EcoSan UE4 dans la province de kourittenga sur les techniques d'application des fertilisants EcoSan notamment le « birkom » et le « birkenga » en agriculture, une formation a été organisée dans plusieurs villages de la province.
 

Cette formation est assurée par les agents de la Direction Provinciale de l’Agriculture et de l’Hydraulique (DPAH), préalablement formés à l’utilisation des fertilisants EcoSan. Il s’agit d’utiliser les canaux nationaux de vulgarisation agricole pour disséminer et diffuser les connaissances.  

D’une manière spécifique cette formation a pour objectif de renforcer les connaissances des bénéficiaires sur la collecte et la réutilisation des produits EcoSan, renforcer les capacités des producteurs sur les itinéraires techniques d’application des  fertilisants EcoSan. Cela permettra aux producteurs d’avoir des connaissances fiables et claires sur les produits EcoSan, de maîtriser les applications des produits dans les cultures.

L’exemple de formation sur l’application du « birkom » a été assuré par Mme Marie Claudette à Daltenga,  supervisé par le chef d’équipe terrain du projet.  Sur le champ de maïs de M. Pierre Belemgnegré, Mme Marie Claudette  expose les méthodes d’applications du « birkom » : « l’application dépend de la spéculation. Par exemple pour le maïs, 0,5l de birkom, sera diluez avec 10l d’eau que l’agriculteur arrosera sur sa production  ».

S’en est suivi une série de partage d’expériences entre producteurs et agents d’agriculture. Tous ont loué la formation qui leur a permis de comprendre et de voir physiquement l’efficacité des produits EcoSan.

M. Pierre Belemgnegre qui a adopté les produits EcoSan depuis 2008 a vu  d’accroître énormément sa production. En effet, depuis 2008 qu’il produit le birkoenga et birkoom, il récolte plus de 4tonnes de maïs ,5 tonnes de mil, 2 tonnes de niébé, 6 tonnes de riz, alors qu’au paravent sa production se limitait à 1 tonnes par type de culture.

Par : Valerie Koutou