Skip to main content

Plus d’informations pour les acteurs de l’eau

Published on: 29/10/2019

UNICEF et IRC appuient le Ministère pour la diffusion et la mise à disposition de la documentation sectorielle auprès des acteurs du secteur de l'eau et de l'assainissement.

Le Burkina Faso a fait de la gestion des connaissances, la tête de liste des points essentiels pour l'atteinte des Objectifs de Développement Durable (ODD). Preuve en est que les 23 et 24 juillet 2019 à Koudougou, un atelier sur la diffusion et la mise à disposition de la documentation sectorielle auprès des acteurs du secteur de l'eau et de l'assainissement, a réuni les différentes structures centrales du ministère concerné avec l'appui technique et financier d'IRC et d'UNICEF. La rencontre vient consolider la formation dispensée en octobre 2018 aux cadres du secteur sur la gestion des connaissances. Bien outillés à présent sur le recensement et la diffusion des documents-clés du secteur, les cadres se disent prêts à apporter les changements adéquats au niveau des différentes structures centrales du Ministère de l'Eau et de l'Assainissement.

Gestion des connaissances 1

A son compteur des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) sur l'eau et l'assainissement, le Burkina Faso a présenté des progrès notables sur l'accès à l'eau en milieu urbain. Il lui a cependant manqué des données précises sur l'assainissement et l'eau en milieu rural. C' est pourquoi un point d'honneur a été mis sur le partage et la gestion des connaissances pour la mise en œuvre des ODD. Pour cela le Ministère de l'Eau et de l'Assainissement (MEA) a identifié comme grand axe stratégique, la promotion de l'apprentissage pour l'amélioration des processus décisionnels au niveau local tout comme au niveau national à travers l'adoption du Programme Pilotage et Soutien (PPS) du secteur. Mandat a donc été donné à la Direction Générale des Etudes et Statistiques Sectorielles (DGESS) de veiller à la centralisation de l'information à travers des espaces bien connus afin de faciliter leur accès. Une bonne gestion des connaissances est la clé de voûte de l'efficacité organisationnelle.

Un éventail de points examinés

L'atelier a permis d'examiner divers points dont le bilan de mise en œuvre à mi-parcours du plan de Gestion des Connaissances 2017-2020, la réorganisation des activités au sein du MEA, la collecte régulière de documents auprès des différentes structures du MEA et des Partenaires Techniques et Financiers et des Organisations de la Société Civile. Il y a également été question de la présentation des canaux de communication et de diffusion identifiés par la DGESS pour la documentation du secteur ainsi que la valorisation du travail des agents de cette structure. L'un des objectifs visés par cette rencontre était le recensement et le regroupement de 15 documents disponibles en interne et leur mise en ligne. Il a également été fait mention de l'analyse et de la définition des relations institutionnelles et fonctionnelles entre la DGESS et les autres services.

Quels documents à collecter ?

Plusieurs travaux de groupes ont permis aux participants à l'atelier de fixer les nouvelles connaissances, de présenter et d'échanger sur les préoccupations rencontrées à différents niveaux. C'est ainsi qu'au titre des questions ayant fait l'objet des travaux de groupe figure la collecte des lois, des arrêtés, des statistiques, des études, des rapports de performance, des rapports d'avancement et leurs destinataires.

Satisfaction

Les participants, au cours de cette journée, se sont appliqués à affiner les vecteurs permettant le recensement et la diffusion des documents-clés du secteur de l'eau et de l'assainissement. Madame Mariam Kaboré/Zangré, représentant le Directeur général des Etudes et des Statistiques Sectorielles, à l'ouverture de l'atelier n'exhortait-elle pas déjà les participants à avoir des échanges fructueux et élaborer des recommandations pertinentes pour la réussite de la Gestion des Connaissances au sein du MEA ?

Gestion des connaissances 2

Moussa Bontoulgou, conseiller à la Direction des ressources humaines du MEA, lui, s'est félicité des résultats de l'atelier « qui a permis d'outiller les participants sur les notions importantes de gestion des connaissances ». Il conclue alors : « Nous nous engageons à sensibiliser sur son importance au niveau des différentes structures du MEA ».

A la lumière et au vu des résultats de cet atelier, le constat est net que le besoin de créer, capitaliser et partager son capital de connaissances demeure une préoccupation majeure pour le MEA à l'instar de toute institution ou structure visant la performance. Et cette volonté de rendre les informations disponibles et accessibles a été opérationnalisée par le plan d'actions de Gestion des Connaissances et l'apprentissage thématique dans le secteur de l'eau et de l'assainissement au Burkina Faso (2017-2020) qui est en train d'être déroulé avec l' appui financier et technique d' UNICEF et d' IRC.