Skip to main content

Eau et assainissement : Banfora joue les bonnes cartes

Published on: 02/07/2020

La municipalité de Banfora a érigé le Service Technique Eau, Hygiène et Assainissement en une Direction de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hygiène Publique.

Bureau de la Direction des Services Techniques Municipales de Banfora (Cliché IRC Burkina)

Dans son élan d’assurer l’accès pour tous à l’eau et à l’assainissement, la municipalité de Banfora, avec le soutien de l’IRC Burkina, s’est dotée d’une Direction de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hygiène Publique, érigée sur les cendres de son Service Technique Eau et Assainissement. Cette décision, prise le 5 juin 2020, dans le but de permettre à la commune d’assurer pleinement son leadership tout en renforçant son service technique, s’est concrétisée à travers les articles 68, 69 et 70 de la section N°6 de l’arrêté N°2020-031/ CBFR portant organisation des services de la Mairie de Banfora.

Banfora - référence nationale

Comme dans d’autres pays africains, au Burkina Faso, la décentralisation délègue aux Collectivités Territoriales (CT) le rôle d’offrir les services d’eau potable et d’assainissement aux populations. De ce fait, la commune, désormais maître d’ouvrage dans le domaine de l’Approvisionnement en Eau Potable et Assainissement (AEPA), a en charge la gestion du secteur, afin de fournir aux populations un service adéquat et durable. Ainsi, la commune de Banfora, consciente de cet enjeu de taille, et mue par son ambition de se démarquer en tant que référence nationale, s’était dotée d’un outil programmatique, en l’occurrence, le plan stratégique AEPA.

Des services de qualité

La mise en œuvre de ce plan stratégique dépend fortement du leadership du maire et du type d’organisation de travail mis en place par son Service Technique Eau, Hygiène et Assainissement (ST-EHA). Pour relever ce défi et dans l’intention d’offrir, dans la constance, des services de qualité à sa population, la commune de Banfora a commandité, avec l’appui de l’IRC Burkina, un diagnostic organisationnel du service technique en charge de l’eau, de l’hygiène et de l’assainissement. A l’issue de ladite étude, l’organisation du ST-EHA de la commune a été entièrement repensée, avec à la clé, la proposition d’une nouvelle organisation ainsi qu’un plan d’action triennal pour sa mise en place.

Dans cet élan, et dans le souci de rendre d’avantage opérationnel son service technique de l’eau et de l’assainissement, et en s’alignant sur les recommandations de l’étude diagnostic, la municipalité de Banfora a érigé le Service Technique Eau, Hygiène et Assainissement en une Direction de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hygiène Publique. La Direction compte deux services dont celui de l’eau et de l’assainissement des eaux usées et excrétas et celui de la santé et de l’hygiène publique. Ce bras technique (la Direction) représente un appui de taille pour la commune, dans la mise en œuvre de son plan stratégique, à travers le suivi et la coordination.

Une vue des membres du bureau de la Direction de l’Eau de l’Assainissement et de l’Hygiène Publique de Banfora avec le maire de la commune (Cliché IRC Burkina)

« Le premier service de la Direction va donc prendre en charge de façon exclusive la mise en œuvre du plan stratégique de la commune mais aussi jouer un rôle d’inspection en matière de gestion des eaux usées et excrétas. Le second service doit veiller à ce que dans les lieux publics, les ouvrages soient bien gérés, les règles d’hygiène soient respectées afin de préserver la santé des utilisateurs, vérifier que les boues de vidange sont bien gérées et sanctionner ceux qui ne respectent pas les règles. » Des mots du maire de Banfora, Monsieur Aboubakar HEMA, qui mettent bien en exergue, si besoin en était encore, les attributions de chaque segment de la direction, afin que la machine fonctionne dans une harmonie parfaite pour l’atteinte des objectifs fixés.

Travailler ensemble

Ce principe d’organisation, à n’en point douter, a favorisé le regroupement de services ayant vocation à travailler ensemble et s’adressant à un public homogène qu’est la population de la cité du Paysan noir, tout en poursuivant l’objectif commun : faire de la commune de Banfora une référence au niveau national, voire international, en matière d’accès à l’eau potable et à l’assainissement à l’horizon 2030.

L’exigence n’a donc jamais été aussi grande, pour l’administration des services d’eau et d’assainissement de ladite commune, d’être performante, réactive et solidaire. Du reste, et chaque acteur en est conscient, la réussite de ce projet dépendra fortement de la collaboration entre le personnel mis en place ainsi que les services, afin que les résultats soient à la hauteur des ambitions et des engagements de la Mairie. Engagements qui ont une fois encore été matérialisés à travers la mise en place d’un atelier de forage (un engin roulant), pouvant forer à plus de 80 m de profondeur et d’un montant de 210 millions de FCFA, sur fond propre de la Mairie de Banfora. Ce dispositif, dont la cérémonie de réception provisoire a eu lieu, le mardi 2 juin 2020, en présence de plusieurs acteurs du secteur, favorisera la construction de forages dans tous les villages de la commune en vue d’amoindrir le supplice des populations en matière d’accès à l’eau.

Construction de forage dans la commune de Banfora (Cliché Service Communication Mairie de Banfora)

La compétence et l'engagement

Ainsi, le maire de la commune précise que : « Avoir ce genre d’ouvrage au sein de la commune facilitera aussi la tâche aux bailleurs de fonds dans la réalisation des forages. Cela leur permettra également de réaliser au mieux leurs engagements et la Direction mise en place se chargera de l’entretien et de la gestion de cet atelier de forage. »

La performance et l’efficience étant étroitement liées à la compétence et à l’engagement des hommes, pour que cet organigramme soit le plus fonctionnel possible, une analyse générale en termes de besoins de renforcement de capacités et d’accompagnement technique et/ou financier, a déjà permis et permettra encore d’identifier les mouvements d’actions à mettre en place pour optimiser cette organisation.