Skip to main content

Au Mali, l'eau est source de vie

Published on: 24/02/2020

Comment pouvez-vous aider les ONG et les citoyens du Mali à mieux défendre leurs droits en matière d'eau et d'assainissement ? 

Écrit par : Marc Broere et Ayaan Abukar - Article original publié dans le magazine néerlandais de développement Vice Versa

Le partenariat Watershed utilise une gamme d'activités pour résoudre les causes profondes. « Vous ne pouvez pas arrêter la migration ou la violence à moins de vous attaquer également au problème de l'eau ».

Le Mali est un pays à forte tradition orale ; avec des griots qui racontent leurs histoires, avec de nombreux musiciens qui ont conquis le monde de la musique internationale. Le Mali est en fait le berceau du blues.

Beaucoup de chansons et d'histoires parlent de l'eau, explique Seriba Konare de Wetlands International dans son bureau à Bamako. Selon lui, cela n'est pas surprenant dans un pays du Sahel où l'eau est une nécessité. « Nous avons un style de musique appelé badjourou. Beaucoup de chansons parlent de l'eau et dans la langue des touaregs il y a une chanson bien connue appelée Aman Iman : l'eau c'est la vie ».

« De nombreuses histoires traditionnelles », poursuit-il, « concernent le fleuve Niger, également connu sous le nom de Ba Djoliba dans notre langue bambara locale, qui signifie sang. Le fleuve Niger a  a reçu ce surnom parce que l'eau qui la traverse est si importante que vous pouvez la comparer à l'importance du sang dans le corps humain ».

Le partenariat stratégique est géré par le bureau de Wetlands. Il vise à s'attaquer à un certain nombre de causes profondes des problèmes liés à l'eau : en particulier la qualité de l'eau et la gestion des déchets et l'accès aux services d'eau et d'assainissement pour tous les Maliens. Il veut y parvenir en renforçant les OSCs et en les sensibilisant aux droits qui existent déjà sur la base des lois et des politiques et en faisant pression sur les politiciens nationaux et locaux.

Des ressources en eau limitées

Le travail n'est pas devenu plus facile ces dernières années. « Les problèmes d'eau deviennent de plus en plus compliqués », explique Konare. « Quand j'étais petit, nous pouvions encore boire de l'eau du fleuve Niger. Si vous le faites maintenant, vous aurez des problèmes d'estomac en moins d'une heure.

Cela a réduit l'accès des pauvres à l'eau potable. La population de Bamako à elle seule est passée d'un millions et demi à cinq millions au cours des vingt dernières années. Ils jettent une énorme quantité de déchets dans le fleuve, ce qui cause de la pollution."

Afour Chantal Bengaly (photo ViceVersa)

Sa collègue Afou Chantal Bengaly, la coordinatrice du programme Watershed, hoche la tête. Elle énumère un certain nombre de problèmes majeurs qui ont un impact sur les problèmes de l'eau : « Le Mali doit faire face au changement climatique, à la croissance démographique et à une crise dans le nord. En raison de l'instabilité et des attaques des djihadistes là-bas, de plus en plus de Maliens se retirent au centre du pays, ce qui se traduit par une agressivité croissante autour des rares ressources en eau.

« Dans le passé, le système était équilibré, avec des agriculteurs qui avaient besoin d'herbe pour laisser paître leur bétail et des agriculteurs qui devaient cultiver leurs champs et qui dépendaient de la pluie. En raison du changement climatique, il n'y a plus de bonnes et suffisantes herbes et les pluies se font parfois rare pendant une longue période.

« Cela provoque une pression croissante sur les ressources rares et à l'envie de survivre parmi les différents groupes. Pour une solution, vous avez besoin d'une bonne politique qui examine tous ces problèmes. Mais malheureusement, ce n'est pas le cas. »

Améliorer la gouvernance du secteur

À l'aide d'une présentation PowerPoint, ils parlent du programme Watershed. Le jargon typique qui n'est utilisé que dans le cadre de la coopération au développement circule abondamment, avec le « renforcement des capacités » comme vainqueur, car il revient dans toutes les autres phrases.

Afin d'atteindre ses objectifs, Watershed souhaite améliorer la gouvernance du secteur. À cette fin, il coopère avec des ONG locales, telles que les organisations de la société civile dans le domaine de l'eau et de l'assainissement au Mali, et avec un réseau de journalistes spécialisés dans les questions de l'eau.

Et comme si le sujet n'était pas assez complexe, il y a aussi une crise politique. « Il y a de l'insécurité dans le pays », explique Bengaly, « et cela a un impact négatif sur l'économie et cela affaiblit les institutions, y compris celles pour l'eau et l'assainissement. Les fonds publics affectés à cela diminuent, l'infrastructure se détériore, et il devient de plus en plus difficile de mettre en œuvre des projets en raison de l'insécurité ».

Les chiffres parlent d'eux-mêmes

Leurs arguments sont confirmés par Boureima Tabalaba, coordinateur de la coalition nationale des ONG de ce secteur au Mali. « Le manque de responsabilité est le plus gros problème », dit-il. « Notre constitution contient des dispositions selon lesquelles la protection de l'environnement et l'accès à l'eau et à l'assainissement sont des droits fondamentaux. Dans les discours, le gouvernement souligne toujours qu'il s'agit de deux priorités absolues, mais pour vérifier si c'est vraiment le cas, il faut regarder les chiffres ».

Il dit : « Les derniers chiffres montrent que 68% des Maliens ont accès à l'eau potable et seulement 32% à des services d’assainissement. Une autre raison pour laquelle je doute de l'engagement de notre gouvernement est que seulement 2,6% du budget national est réservé pour l’eau potable et l’assainissement ; beaucoup trop peu pour traiter correctement les problèmes.

« Le plan politique national stipule également qu'il doit y avoir accès à l'eau dans chaque village de plus de quatre cents habitants. Nous savons qu'il y a plus d'un millier de villages au Mali sans eau, donc vous comprendrez que quelque chose ne va pas ».

Le partenariat Watershed travaille dans trois zones : à Bamako ses environs, la région de Mopti et la région de Ségou. Bengaly explique qu'ils se concentrent principalement sur le renforcement des capacités des ONG, des collectivités des politiciens et des médias, à la fois au niveau local et national.

Elle énumère un large éventail d'activités pour atteindre les objectifs : de la « production de preuves » sous la forme d'études, de notes d'analyses, de notes politiques et de documentaires vidéo, le lobbying et le plaidoyer à travers des réunions de dialogue, des rencontres face à face avec des parlementaires, des visites sur le terrain avec des délégations politiques, – forum-multi-acteurs publication des articles de presse émissions de radio et visibilité à la télévision nationale. « Nous pouvons parler à chaque ministre ou parlementaire en personne », dit-elle avec fierté.

Concrètement, le partenariat a réalisé un nombre de choses ces dernières années, explique Konare. Le plus important est la protection du fleuve Niger. « De nombreuses entreprises et personnes à Bamako et dans ses environs ont utilisé des machines pour y chercher de l'or, ce qui a provoqué beaucoup de pollution et qui est devenu un problème grave. En raison du lobby de notre programme, le gouvernement l'a désormais interdit une année

« Mais plus important encore, Watershed à travers la Coalition National des ONG du secteur est un partenaire clé de discussion dans le processus de révision de la nouvelle politique de l'eau et de l'assainissement », ajoute Bengaly. « Il s'agit de la première révision depuis 2006. Notre gouvernement a engagé deux consultants de la Banque Mondiale pour ce projet. Watershed a été impliqué dans les nouveaux plans dès la phase de conception jusqu’à la validation.

« Nous avons pu soulever des points importants concernant la relation entre les droits de l'homme et l'eau, l'importance de la participation des femmes et l'importance d'informer correctement les citoyens sur la préservation de la qualité de l'eau.

« Il est nécessaire que les politiques nationales de l'eau et de l'assainissement contiennent tous ces éléments. Nous pouvons apporter notre contribution sur les projets de propositions et entre-temps faire du lobby auprès des décideurs pour que ces questions soient prises dans la proposition finale ».

Des informations correctes

Un rôle majeur et également remarquable dans le partenariat est réservé au media. L'un des partenaires nationaux est le Réseau des Journalistes pour l'Eau Potable et Assainissement (RJEPA), un réseau de journalistes qui traite de manière approfondie le thème de l'eau et de l'assainissement.

Le président Youba Konaté dit que l'organisation existe depuis treize ans et compte 54 journalistes affiliés. « Ce sont les problèmes sociaux les plus importants au Mali », dit-il, « et c'est pourquoi il y a beaucoup d'intérêt à publier sur le sujet ».

Selon lui, les médias au Mali sont également touchés par la baisse des publications, et ceci à cause de l’accès difficile à l'information. « Surtout en ce qui concerne les structures gouvernementales ; elles n'aiment pas fournir les bonnes informations. Mais réseau travaille en synergie sur des productions en équipe enfin de rendre facile la diffusion des informations recueillies ».

Il voit Watershed comme un bon partenaire. « Le partenariat a permis de réaliser un nombre de choses qui sont étroitement alignées sur nos objectifs. Par exemple, Watershed a joué un rôle dans le renforcement de la responsabilité de l'État en matière d'eau et d'assainissement.

« Il a également fait beaucoup pour organiser la société civile au Mali autour de ces questions et a vraiment mis la qualité de l'eau potable comme thème. Auparavant, il s'agissait uniquement de l'accès à l'eau, mais pas de la qualité et de la façon dont vous surveillez cela ».

Konaté pense qu'en tant que partenaire médiatique, il peut apporter un impact supplémentaire au sein de la collaboration. « Il est très difficile d'amener les gens à changer leurs habitudes. Ils font quelque chose parce qu'ils ont toujours fait de cette façon et ne savent rien d'autre, comme jeter des déchets dans la rue ou dans la rivière. Les médias peuvent aider à changer cela ; simplement en trouvant des alternatives et en fournissant les bonnes informations ».

Collecte des eaux pluviales

Afou Chantal Bengaly est d'accord : « Youba dit quelque chose qui est très vrai, les citoyens n'ont pas facilement accès aux bonnes informations. Ils ne les obtiennent pas du gouvernement de toute façon - et ce n'est pas ainsi qu'ils changeraient leur comportement. Des programmes comme Watershed peuvent aider à changer cela.

« Nous nous concentrons sur les ONG et les citoyens qui sont déjà impliqués et intéressés, mais notre partenaire média peut l'ouvrir à un public plus large. Nous n'avons pas les moyens d'aller partout, de porte à porte, et de parler aux gens. Une plateforme médiatique peut leur servir des articles, des émissions de radio et des programmes de télévision.

« Les publications ont une portée plus large, souligne Bengaly. Surtout les documents en ligne, qui sont traduits dans différentes langues locales. Les programmes radio peuvent également entraîner des changements de comportement. L'année dernière, par exemple, des barils récupérateur d’eau de pluie seront ont été distribués. De nombreux citoyens ne savaient pas comment utiliser le baril et les ont utilisés pour y mettre des déchets. Grâce aux efforts des journalistes, le public sait désormais utiliser correctement les barils ».

Mais la portée est également efficace à un niveau supérieur. « Les journalistes du RJEPA sont capables de faire passer des sujets que nous trouvons importants à la télévision nationale. Une équipe du RJEPA nous a guidés l'année dernière, lorsque nous étions en train de produire un film documentaire vidéo sur le problème de l’assainissement de la ville de Mopti.  Le reportage a été diffusé sur la télévision - non seulement en français, mais aussi dans les langues locales. C'est là que les médias peuvent faire la différence ».

Selon Bengaly, la collaboration avec les médias n'est pas unique au Mali. « Lors de la réunion annuelle de tous les partenaires de Watershed, j'ai entendu une belle histoire de l'Ouganda, où ils travaillent également avec un réseau de journalistes. Là-bas, les citoyens pouvaient transmettre des plaintes concernant les mauvais services d'eau et d'assainissement à une station de radio.  Cette station a tenu des statistiques sur les plaintes. Si plusieurs plaintes ont été reçues au sujet d'une certaine municipalité, le journaliste s'est rendu sur place pour confronter les fonctionnaires concernés. La liste des plaintes a également été affichée sur la porte de la mairie ». Rire : « Nous allons voir si nous pouvons le faire au Mali ».

Une question de priorité

Dans le contexte politique actuel du Mali, le lobbying pour de meilleures installations d'eau et d'assainissement n'est-il pas une sorte de luxe ? Seriba Konare de Wetlands International secoue la tête. « La paix est très importante », dit-il, « mais c'est grâce à l'eau que vous pouvez parvenir à la paix à long terme. En fin de compte, il s'agit de savoir qui contrôle l'eau et qui y a donc accès ». Son collègue Bengaly acquiesce. « Il faut travailler à la fois sur la sécurité et l'eau. Le lobbying et le plaidoyer restent également nécessaires dans les États fragiles comme le Mali. Ecoutez, nous ne savons pas quand la crise prendra fin, cela peut prendre des années. Nous ne voulons pas que la situation de l'eau dans notre pays stagne parce que les gens et les organisations n'ont pas les bonnes informations et ne connaissent pas leurs droits. Je pense que cela contribue également à mettre fin à la crise à long terme. L'État est fragile et les institutions de notre pays sont fragiles, mais les citoyens ont droit à l'information et au renforcement des capacités afin de mieux s'organiser. De cette façon ils aident également le gouvernement à prendre les bonnes décisions ».

Les donateurs internationaux opérant dans la région se concentrent de plus en plus sur les causes profondes des migrations et sur la lutte contre le djihadisme, par le biais de programmes d'emploi et de formation professionnelle. Les programmes de développement traditionnels, comme pour l'eau, semblent avoir perdu de leur importance. Selon Konare et Bengaly, ceci serait une mauvaise façon de penser. « La pénurie d'eau peut être aussi une cause des migrations et de la violence », explique Konare. « Si vos animaux meurent à cause du manque d'eau, vous avez deux choix : aller en Europe ou rejoindre un groupe terroriste. Vous ne pouvez pas arrêter la migration ou lutter contre la violence de quelque manière que ce soit si vous ne vous attaquez pas également au problème de sécurisation de l'eau ».  Bengaly acquiesce : « Le changement climatique oblige les gens à survivre et à s’adapter. Certes, dans le nord du Mali, où les problèmes sont déjà graves, il a un impact négatif majeur. Les gens n'ont plus le choix et cherchent des moyens de survie ».

« Le gouvernement a la responsabilité de la sauvegarde des ressources naturelles, telles que l'eau. C'est le seul moyen d'arrêter la migration. La tâche de notre programme est de transmettre ce message aux organisations de la société civile et aux décideurs ».